petite copropriété immobilière

Les différences entre grande copropriété et petite copropriété immobilière

La copropriété est le style de vie en tendance à l’heure actuelle. Cette alternative est idéale pour les personnes souhaitant garder le titre de propriétaire, tout en pouvant se décharger de certaines corvées liées à l’entretien et à la maintenance d’une maison individuelle.

Les copropriétés se déclinent en deux versions (petites et grandes) qui, hormis la taille, possèdent d’autres différences non négligeables. Focus sur les différences entre ces deux types de logements.

Les charges liées aux copropriétés

Contrairement aux maisons individuelles dont les charges reviennent plus chères suivant la taille de la propriété, les copropriétés ont l’avantage de permettre aux différents copropriétaires de se partager certaines charges entre eux.

Qu’ils s’agissent d’une grande ou d’une petite copropriété, des articles sur le site https://easysyndic.be/ démontrent que chaque copropriétaire a l’obligation de prendre part à des charges liées à l’entretien et à la maintenance des parties communes de l’enceinte (parking, couloir, service gardiennage…).

Toutefois, la taille est importante, car dans la mesure où une petite copropriété est limitée à cinq lots principaux maximums, les frais reliés à l’entretien doivent se répartir entre ces copropriétaires. Ainsi, les charges sont plus faibles, étant donné le peu de nombre de logements qui exempte souvent la présence d’ascenseurs, voire de gardiens.

Ces équipements sont plus répandus dans les grandes copropriétés. Dans ces dernières, certaines prestations peuvent même générer des dépenses conséquentes, à l’image d’un système de vidéosurveillance dans les parkings comptant deux cents à trois cents places.

Le mode de gestion des deux propriétés

Dès lors qu’un immeuble entre dans la définition de « petite copropriété », le conseil syndical devient facultatif. Le choix de sa constitution, facultatif, est donc laissé à la décision des copropriétaires.

charges liées aux copropriétés

À l’inverse, il est obligatoire pour une grande copropriété. Pour rappel, le rôle du conseil syndical est d’exercer un contrôle sur les missions du syndic de copropriété, mais aussi de le mettre en concurrence en amont du vote en assemblée générale.

Attention, certains éléments demeurent obligatoires même dans une petite copropriété, à savoir :

  • L’établissement d’un budget prévisionnel, correspondant aux frais d’entretien courant de la copropriété. C’est l’un des rôles du syndic, dans le cadre de la tenue de la comptabilité.
  • La rédaction d’un règlement de copropriété, lequel doit être aisément consultable par tous les copropriétaires. L’entité est tenue de le faire respecter et de veiller à la bonne application des résolutions votées par l’assemblée générale.
  • Le choix d’un syndic (bénévole ou professionnel) afin d’assurer la gestion, l’entretien et le fonctionnement de la copropriété.

Un potentiel d’économies dans les grandes copropriétés

Contrairement à une copropriété de petite taille, une grande résidence doit générer des économies d’échelle pour les acquéreurs. De par leur taille, les syndics ont en effet capable de négocier des tarifs avantageux auprès de leurs fournisseurs : extincteurs, sacs poubelle, nettoyage des parties communes…

Il est d’autant plus facile de négocier que les prix proposés sont surévalués. Les prestataires baissent plus volontiers leurs tarifs que leurs prestations leur seront payées rapidement par le syndic.

Par ailleurs, dans une copropriété comptant une centaine de logements, les impayés n’ont pas d’incidence sur la gestion quotidienne des immeubles à condition qu’ils demeurent toutefois dans une fourchette raisonnable.

ventilation dans une maison Previous post Optimiser la ventilation dans une maison
têtes de lit avec des rangements Next post Idées de têtes de lit avec des rangements